Sensibiliser

Sensibiliser / Transmettre

Josefa développe un travail de sensibilisation à la danse tout en favorisant les liens vers les autres arts. 
Ce travail qui peut prendre la forme d’ateliers ou de stages, est abordé comme une pratique où chacun peut - aujourd’hui, ici, avec ce qu’il est - rencontrer la danse, et se reconnaître à l’endroit de sa propre part créative et expressive.
Il a pour but d’inviter les participants à découvrir autrement leur propre corps, le corps de l’autre, à porter attention à leurs sensations, à la relation ; à s’ouvrir à la diversité de la danse contemporaine, à l’art dans son ensemble, aux autres et au monde ; à développer la confiance en soi, l’écoute, la réflexion ; à développer ou créer des liens ; à favoriser la notion d’exploration et d’expérience.

Ces ateliers sont parfois en relation avec le travail de création en cours. Associés à des répétitions publiques et à des rencontres avec les artistes, ils nourrissent l’expérience de spectateur.

Rachel Mateis et les artistes de la compagnie assurent régulièrement des ateliers de pratiques artistiques et de sensibilisation en milieu scolaire (primaire, collèges, lycées, lycées technique), en Institut (EREA, IME, IMPRO, HOPITAL de JOUR), ou encore au sein des Maisons de quartiers et Centres Sociaux.
Rachel Mateis donne des stages à différents publics. Elle est également sollicitée pour favoriser la disponibilité des interprètes danseurs, comédiens, musiciens et chanteurs en période de création.
Depuis DESEO D. (2000), deuxième création de la compagnie, les répétitions sont précédées de temps dédiés à la transmission. C’est aussi en associant pleinement au processus de création des artistes d’âges et d’expériences différents que Rachel Mateis poursuit cette trajectoire de partage intergénérationnel des connaissances et des intuitions.

Au-delà de la sensibilisation à la danse destinée à des publics amateurs,  Rachel Mateis dédie une  part importante de son travail à la transmission en direction de danseurs, jeunes ou moins jeunes, professionnels ou en voie de professionnalisation.
Il s’agit de nourrir et de développer chez l’interprète les moyens de s’organiser. Que le corps aille de lui-même puiser au moment voulu dans la "boîte à outils" que le danseur aura développée. Ceci dans l’improvisation tout comme dans l’écriture chorégraphique.
Aussi grande que soit l’attention portée à la forme, la transmission consiste à s’attacher à la genèse du mouvement et à son déploiement. Il s’agit de nourrir le renouvellement de l’expérience, la vie et la saveur dans le mouvement. Permettre d’accéder à plus d’indépendance, plus de liberté, tout en étant capable d’aborder différents styles chorégraphiques; Pouvoir se nourrir de ses acquis sans en être entravé-e. Permettre de se rendre plus disponible et, par suite, plus à même d’aborder l’interprétation.
Rachel Mateis, ayant constaté que tout travail même le plus technique était soutenu et facilité par une proposition artistique, a peu à peu développé des projets liant étroitement création et transmission afin de "maximiser" la formation des jeunes danseurs en les impliquant dans tous les aspects de la création. Ainsi des projets MOSAÏQUE et ONDE 1&2.